Rouge passion

Le mot passion fait souvent peur. Très longtemps, le mot passion a été associé à Jésus de Nazareth et en ce sens, la définition du mot passion demeure judéo-culpabilisante. Cette passion est souvent illustrée par le rouge, la colère, la perte de contrôle, le drame, la douleur, les cris, le déchirement, les relations sexuelles ardentes, le sacrifice. Cette manière de voir la passion de vivre est héroïque et inatteignable.

Le passionnel ce n’est pas la passion.

Les plus courageux d’entre nous se sont déjà laissés transporter par des relations torrides et enflammées. Nous avons goûté à des sensations d’invincibilité, d’harmonie, de communion et de déchirement. Ces relations passionnelles sont éphémères mais oh ! combien enivrantes et soulantes. La croyance populaire dit que la passion, cette énergie créatrice, fervente et tumultueuse, ne dure jamais vraiment longtemps. La rumeur veut qu’elle se dissipe en nous abandonnant au bord d’un gouffre, habités par un sentiment d’impuissance insurmontable. Pourtant nous nous sentions si forts et vulnérables à la fois…Nous nous sommes promis de ne jamais succomber aux fallacieuses promesses de la passion. Pourtant, toutes les passions ne sont pas passionnelles. Il existe une nuance importante entre ces deux états ; le passionnel possède des caractéristiques obsessionnelles, voire obsessives, hors contrôle et possessives. En bref, le passionnel est un état affectif contraignant pour tout le monde.

Un autre sens du mot passion se trouve dans l’expression être passionné par. Cette expression exprime un engagement inébranlable vis-à-vis des projets de longue haleine. Ça devient un mode de vie, une cause ou une mission. Ce type de passion est devenue l’emblématique du dévouement, de l’accomplissement, de la persévérance, de la persistance, de la volonté.

La passion de vivre exige beaucoup de courage.

Avoir la passion de vivre, c’est agir à partir du cœur, des émotions, des sentiments ; c’est démontrer une foi inébranlable en la vie, c’est risquer d’être authentique, c’est admettre que nous sommes imparfaits ; c’est aussi accepter d’être vus avec nos imperfections, c’est accueillir la vie et ses surprises, le cœur ouvert.

En résumé, vivre avec passion n’est pas une mise à mort de la rationalité et du bon jugement. Vivre avec passion, c’est savoir que nous accomplissons notre destinée. C’est aussi accepter de vivre dans un état de vulnérabilité, ressentir une connexion intense avec le monde, se sentir authentique, accepter de se dévoiler, de se révéler.

[Tweet « Vivre avec passion est un des plus beaux risques. »]