Diabète et renversement du syndrome métabolique.

Le diabète de type II prend des allures d’épidémie aux États-Unis et dans d’autres pays industrialisés.(Notes 1,2)

La recherche a pourtant démontré récemment que la maladie peut être facilement évitée grâce à deux moyens efficaces : des changements de style de vie et l’activité physique. (Notes 3-5)

On estime que ces changements de style de vie sont particulièrement efficaces chez les personnes souffrant du syndrome métabolique, un état pré-diabétique caractérisé par des symptômes multiples, notamment l’embonpoint et l’obésité abdominale, la résistance à l’insuline, des taux élevés de lipides et de glucose sanguins, ainsi que l’hypertension artérielle.6

Ainsi, USANA Health Sciences et Dr Ray Strand, omnipraticien et spécialiste de la médecine nutritionnelle, ont mené une étude clinique en vue de déterminer l’efficacité d’un programme de transformation du régime de vie d’une durée de 12 semaines, axé sur des aliments à faible indice glycémique, des exercices modérés et des suppléments nutritionnels, dans l’élimination des symptômes du syndrome métabolique.

 Méthodes cliniques

 L’étude clinique d’une durée de 12 semaines a porté sur 25 sujets âgés de 20 à 65 ans, susceptibles de souffrir du syndrome métabolique. Chez les participants à l’étude, le tour de taille des hommes était d’au moins 102 cm, et celui des femmes, d’au moins 88 cm. Tous les sujets montraient en outre au moins deux des symptômes suivants : une hypertension artérielle, des taux élevés de triglycérides, une glycémie à jeun élevée, ainsi que de faibles taux de cholestérol HDL.

Voici en quoi consistait le programme des 4 premières semaines :

Déjeuner et lunch :
Une boisson frappée à faible indice glycémique Collation : une barre-nutrition à faible indice glycémique

Collation :
Des aliments sains à faible indice glycémique
Dîner : un repas sain à faible indice glycémique

Chaque jour :
Un supplément de multivitamines et minéraux
Cinq fois par semaine : 20 à 30 minutes d’exercice

 Voici en quoi consistait le programme des huit dernières semaines :

Petit déjeuner :
Une boisson frappée à faible indice glycémique
Collation : une barre-nutrition à faible indice glycémique
Collation : des aliments sains à faible indice glycémique

Lunch et dîner :
Un repas sain à faible indice glycémique
Chaque jour : un supplément de multivitamines et minéraux
Cinq fois par semaine : au moins 45 minutes d’exercice

Résultats de l’étude

Parmi les 25 participants, 21 seulement ont respecté rigoureusement les exigences en matière d’alimentation et d’activité physique pendant les douze semaines de l’étude. Même si les résultats comprennent malgré tout les données de l’ensemble des participants, l’impact remarquable du programme ressort nettement.

Les sujets ont enregistré une perte de poids moyenne de six kilos, et quatre d’entre eux ont perdu plus de 11 kilos. Les participants ont en outre montré une diminution notable de l’indice de masse corporelle et du tour de taille. Mais ce qui est plus remarquable encore, ce sont les changements notés sur le plan de la santé cardiovasculaire et métabolique des participants. Voici en moyenne les résultats atteints par les participants à l’étude :

•  Une diminution de la tension artérielle systolique de près de 8 % et          diastolique de 6 %

•  Une baisse de 15 % du taux de cholestérol total

•  Une baisse de 17 % du taux de cholestérol LDL

•  Une diminution de 14 % de la sensibilité à l’insuline

•  Une légère diminution de la glycémie à jeun

Tous ces changements sont caractéristiques d’un renversement du syndrome métabolique et d’une amélioration notable de la santé cardiovasculaire et métabolique. Ils sont aussi typiquement associés à une réduction significative du risque de diabète de type II. Ces transformations soutenues de l’état de santé observées tout au long de l’étude permettent de penser que d’autres améliorations seraient prévisibles moyennant la prolongation du programme de transformation du style de vie.

Les scientifiques d’USANA et Dr Ray Strand concluent que les changements de style  de vie apportés au cours de l’étude, notamment la consommation d’aliments à faible indice glycémique, les suppléments nutritionnels et une légère augmentation de l’activité physique, constituent chez les personnes à risque une approche efficace au renversement du syndrome métabolique, ainsi qu’à la réduction du risque de diabète de type II et des maladies cardiaques.

Références

  • Mokdad AH, et 2000.  Diabetes trends in the U.S.: 1990-1998.   Diabetes Care 23:1278.
  • Narayan KM, et  2003.    Lifetime risk for diabetes mellitus  in the United  States. JAMA 290:1884.
  • Diabetes Prevention Program Research 2002. Reduction in the incidence of type 2 diabetes with lifestyle intervention or metformin. N Engl J Med 346:393.
  • Tuomilehto J, et 2001.   Prevention of type 2 diabetes mellitus by changes in lifestyle among subjects with impaired glucose tolerance. N Engl J Med 344:1343.
  • Pan XR, et 1997.  Effects of diet and exercise in preventing NIDDM in people with impaired glucose tolerance. Diabetes Care 20:537.
  • Reaven 2000. Syndrome X.  Simon and Shuster, NY.  284 pp.

À partir du point de référence (Jour 1) jusqu’à la fin de l’étude (Semaine 12), les changements indiqués montrent dans tous les cas un facteur p < 0,05 statistiquement significatif.

Remerciements : Cette étude financée par USANA Health Sciences, Inc. a été menée en partenariat par USANA et Dr Ray Strand. Le protocole observé a été approuvé par le Western Institutional Review Board.

(801) 954-7100 • 3838 W. Parkway Blvd. • Salt Lake City, UT, États-Unis